top of page
façade sud 1.jpg

Au XIIIe siècle : Les origines du château

Selon la tradition, Edward Tiregand, fils d’Henri III Plantagenet et de Lady Tyrgan, est le fondateur de la Seigneurie, qui, au Moyen-âge, dominant la rive droite de la Dordogne en amont de Bergerac. A cette époque, les ambitions d’Edouard Ier Plantagenet pesait sur le royaume de France, ainsi, les anglais vendangeaient l’aquitaine dans un Périgord resté fidèle au roi de France Philippe-Auguste. C’est Edward Tyrgan qui érigea un château primitif disparu aujourd’hui dont seules les douves demeurent.

Au XVIe siècle: Les guerres de religion

saintfrontperigueux.jpg

Vers 1574, de nombreux descendants d'Edward Tyrgan, établis en Libournais, se divisèrent à cause des guerres de religion. Les réformés déshérités par leurs pères, dont ceux qui reprirent l'ancien nom de Tiregand, se fixèrent du côté de Bergerac. L'année suivante, la châsse en or et en argent contenant les reliques de Saint Front fut dérobée à Périgueux par des huguenots. Ce sont les capitaines huguenots Jauré et La Palanque qui transportèrent les reliques. Tous deux originaires de Bergerac, l'un cabaretier et l'autre connu pour ses brigandages, ils participèrent activement le 6 août 1575 à la prise de Périgueux. Ils déplacèrent les reliques à dos d'âne au château de Tiregand, avant qu'elles soient précipitées dans la Dordogne comme l'atteste la légende.

Au XVIIe siècle

En 1620, Jean de Belrieu de Virazeil, bailli royal de la ville de Bergerac, devient propriétaire de Tiregand en épousant Marguerite Lecomte. Jean de Belrieu se remarie et entreprend la construction d’un nouveau château au lieu dit Le Vieux Catsel entre 1640 et 1663/ ainsi, cette famille conserve ses fiefs de Virazeil et de Tiregand plus de cent ans avant de la transmettre a nouveau.

L'impulsion des d'Augeard au XVIIIe siècle

C’est à partir du XVIIIe siècle que Tiregand connait une période de grand bouleversement architecturaux. L’impulsion est lancé par Jean Charles d’Augeard, qui récupère par mariage le château qui est composé de plusieurs bâtiments, trois terrasses en prolongement l’une de l’autre et différentes par leur forme et grandeur. Il transforment alors le Vieux Castel en chai et en construit un nouveau à 500 mètres du château de Tiregand.

Le Vieux Castel transformé en chai 

Le château sous la révolution française

Joseph Lakanal par Achille Lemot 

Lors de la révolutions française, Tiregand est menacé, comme tout les bien patrimoniaux de cette époque. Le château est déclaré bien national en 1794 et l’une de ses parties est démolies. Joseph Lakanal ( 1762-1845), président sous la Convention de l’instruction publique de 1792à 1795, arrive a bergerac le 20 octobre 1793 pour procéder a la réquisition de chevaux pour l’armée mais ne se borne pas à l’object premier de sa mission. Il ordonne la destruction de châteaux forts dont les châteaux de Badefol et de Tiregand. Cette démolition avait pour objectif premier la récupération de matériaux de construction pour l’armurerie de bergerac.

Un retour au calme au XIXe siècle 

Apres la révolution, Tiregand retrouve un cadre de vie normal puisqu’en 1817 Francois Comte De la Marathonien achète le château aux d’Augeard. Il vend en 1826 le château au comte  Alexandre-César de La Panouse. Ainsi, il apporte, lui aussi, sa touche à l’architecture du château en y ajoutant deux logis aux toits d’audois juxtaposés au bâtiment principal, en aménageant les étages et en fermant la cour intérieur. 

A son tour, son fils, César Arnaud Anatole de La Panouse, entreprend dès 1836 d’importants travaux. Il fait construire deux imposant pavillons arborent les armoiries de la famille ainsi que des médaillons aux lettres entremêlées «  LP ». Les écuries et communs sont accolés au nord et au nord-est du logis est. Puis, Henri-Marie-Raoul, comte de La Panouse embéllit plusieurs parties du château. Il réalise l’aménagement de la gloriette en 1882 et et la création du puits de 324 mètres de profondeur fin juillet 1885.

Ce qui reste de la gloriette aménagée en 1882

medium.jpg

Alexandre-César de La

Panouse avec deux de ses

enfants 

Les lettre "LP" entremêlées sur le pavillon

Le XXe siècle marqué par les Saint-Exupéry 

Le château passe alors dans les mains de la famille Saint-Exupéry par le mariage entre marie-Joseph-Anatole « François» de Saint-Exupéry  et Françoise Pauline Marie dite France de Boutray en 1941. Madame Francois de Saint Exupéry reprend le domaine du château de Tiregand en 1959 et réalise des travaux de restauration des murs de douves et des toitures. Ses héritiers, depuis 2002, avaient alors pour tâches de maintenir l’héritage familial. 

Depuis 2022

Une page se tourne pour le saint-Exupéry et Tiregand avec la vente de la propriété aux Guyot. Présente dans leur famille depuis quasiment deux cents ans grâce aux alliances, la famille de saint Exupéry, passent le témoin à Louis Guyot, qui incombe maintenant la tache de préserver ce riche et merveilleux patrimoine. 

bottom of page